Designer ses sprites (lutins) avec Scratch

screenshot-scratch mit edu 2016-07-26 09-56-03

Si comme moi vous êtes du genre un peu méticuleux (maniaque) dans le design de vos éléments de décors ou de lutins, le manque de précision de l’outil de dessin de Scratch a de quoi déconcerter quelque peu. J’ai parfois besoin pour des projets d’avoir un carré qui fait très exactement 20 pixels de coté et non 19 ou 21. Difficile d’obtenir cette précision dans l’interface de dessin des lutins.

On peut utiliser les instructions du stylo pour dessiner précisément mais il est ensuite impossible de manipuler le résultat comme un sprite ou lutin. Scratch recèle pourtant une petite astuce. Il vous suffit en effet d’effectuer un clic droit sur la scène pour choisir l’option « save picture of stage ».

Par exemple, avec ce code :

screenshot-scratch mit edu 2016-07-26 09-52-45

J’obtiens un carré gris de 100 pixels de coté. Comme vous pouvez le remarquer, j’ai indiqué comme coordonnées de départ -50 et 50. Cela me permet de centrer naturellement le carré sur l’écran sans avoir besoin de réitérer l’opération dans l’interface de dessin par la suite. Il ne me reste plus qu’à faire un clic droit sur la scène, à sauvegarder l’image et à l’importer ensuite en tant que lutin. Pour la terminer, dans la partie dessin, j’utilise alors le pot de peinture pour remplir l’intérieur de gris et remplacer le blanc du fond par la « couleur » transparente (carré blanc barré de rouge).

Il était une fois dans un monde d’intolérance…

punkElle a quoi ? 14 ans, pas plus… Tout comme moi, elle attend le bus. Elle attire les regards et c’est vrai qu’elle est jolie. Elle a les cheveux tout simplement bleus et cela lui va très bien. Une voiture passe : 5 mecs qui lui lancent quelques invectives que je ne répéterai pas. Comme elle a le courage de riposter vertement, elle se fait forcément traiter de salope…

Arrive alors une dame dont je ne saurai mesurer l’âge mais parfaitement la bêtise. Elle la regarde aussi, comme une bête de foire, et lui pose quelques questions auxquelles la jeune fille, visiblement bien éduquée, lui répond poliment alors qu’elle aurait dû l’envoyer balader…

C’est au tour de trois collégiens et collégiennes de pouffer dans le bus et de lâcher à voix haute quelques remarques d’un humour plus que contestable. C’est par leur conversation que j’apprendrais qu’une enseignante la surnomme « oiseau exotique »…

Nous descendons au même arrêt, suivons le même chemin et entrons dans le même collège. J’attends derrière elle avant de pouvoir me présenter à l’accueil et c’est là que je comprends qu’elle revient de chez le coiffeur après qu’on lui ait ordonné de changer de couleur et de revenir à quelque chose de plus commun. Elle s’excuse car elle n’a rien pu faire et il va falloir patienter. Il va falloir qu’elle vive avec cela. Avec sa coiffure ? Non ! Avec la bêtise de celles et ceux qui ne savent pas accepter la différence.

Je suis arrivé en pétard à ma réunion, furieux de ce que je venais de voir, furieux de constater que ce qui importait n’était pas son comportement au quotidien mais son apparence.

Pourquoi tant de personnes souffrent ? Parce que l’on ne tolère pas qu’elles puissent être différentes.

Pourquoi tant de morts à Orlando ? Parce qu’un fou ne tolérait pas leur orientation sexuelle et leur liberté.

Pourquoi tant d’innocents tués à Paris et hier soir à Nice ? Parce qu’un autre fou ne tolérait pas qu’ils puissent vivre, penser différemment. Parce qu’il était manipulé par d’autres fous qui n’ont pour seul dessein que d’imposer leurs idées.

Et si on cessait partout une bonne fois pour toutes de vouloir imposer des idées ? Et si cela commençait bien plus près de chez nous, bien plus près de notre conception du monde et de ce à quoi il doit ressembler ?

Allons enfants du numérique !

Enfants du numériqueSans commentaires…😉

REFRAIN

Aux claviers, citoyens !
Formez vos algorithmes !
Codons, codons !
Qu’un code, un pur,
Abreuve nos micro-sillons !

COUPLETS

I

Allons ! Enfants du Numérique !
Le jour du hack est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Des logiciels privateurs et des brevets ! (Bis)
Les voyez-vous dans le terminal
Pervertir nos données privées ?
Ils viennent jusque dans vos profils
Analyser toutes vos activités.

REFRAIN

II

Que veut cette horde d’esclaves,
De C.E.O. conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)
Hackers ! Pour nous, ah ! Quel outrage !
Créons ce qui doit nous libérer ;
Car c’est envers nous qu’on ose imaginer
De rendre numérique le vil esclavage !

REFRAIN

III

Quoi ! Des lignes de codes étrangères
Feraient la loi dans nos fichiers !
Quoi ! Des processus mercenaires
Nous empêcheraient de partager ! (Bis)
Richard ! Nos mains seraient enchaînées !
Nos fronts sous le joug se ploieraient !
De viles startups deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

REFRAIN

IV

Tremblez, tyrans et vous, perfides,
L’opprobre de tous les partis !
Tremblez ! Vos projets mercantiles
Vont enfin recevoir leur prix. (Bis)
Entre nos mains pour vous combattre.
Les outils de la créativité.
Nous sommes tous prêts à nous battre
Pour être libre de vivre une nouvelle société.

REFRAIN

***

COUPLET DES ENFANTS

Nous entrerons dans la carrière,
Suivant les pas de nos aînés ;
Nous y trouverons leurs code-source
En Scratch, Python ou bien en C. (Bis)
Nous poursuivrons leur idéal
De partage et d’égalité.
Nous aurons même le sublime orgueil
Si besoin de les forker.

REFRAIN