Avec les fêtes, nul doute que cette année la star du dessous de sapin sera la tablette tactile. Que ce soit pour les loisirs ou une utilisation professionnelle, il s’agit de faire le bon choix. Je ne me hasarderai pas à conseiller des modèles mais, pour utiliser des tablettes au quotidien, il me semble qu’un certain nombre de critères doivent être évalués.

Tout d’abord le poids et l’ergonomie. C’est un objet que vous risquez de tenir à bout de bras longtemps et mieux vaut savoir rapidement à quoi s’en tenir. Choisissez le maximum de confort et de solidité. Il peut être intéressant que la tablette comporte un pied amovible qui facilite son utilisation sur une surface plane. Le poids va dépendre aussi de la taille de la tablette. Si vous ne l’utilisez que pour de la consultation multimédia ou de la lecture, un écran 7 pouces peut suffire mais reste parfois difficile à utiliser avec le web. Un grand nombre de sites n’offre en effet pas encore de version optimisée pour les tablettes et smartphones. Pour le travail, un grand écran est conseillé, ne serait-ce que par rapport à la taille du clavier tactile. J’y reviendrai. Toujours au sujet de l’écran, une grande taille est appréciable si vous comptez produire du texte ou lire avec votre tablette. En effet, l’oeil a besoin d’un certain espace pour pouvoir lire et écrire de manière correcte.

Si vous le pouvez, amusez-vous un peu aussi à placer la tablette sous les lumières du magasin. Le degré de réflexion de l’écran peut être une véritable gène. J’ai eu l’occasion de tester certaines tablettes par exemple dans le train où les lumières sont placées en général juste au-dessus du passager. Il était difficile de les utiliser, voire impossible lorsque l’on souhaite regarder un film aux images plutôt sombres ou utiliser certaines applications. Cela revient en général à regarder son propre reflet…

Le clavier, parlons-en ! Testez-le avant tout achat. Certes, il faut s’habituer à la frappe sur un clavier tactile mais la vélocité et la réactivité de ce dernier jouera pour beaucoup dans votre utilisation. Un clavier peu réactif est extrêmement frustrant voire inutilisable. On peut cependant améliorer ses capacités en évacuant le clavier natif d’Android pour un autre. Ainsi celui de l’Archos 101 est loin d’être le meilleur mais l’installation de l’application Hacker’s Keyboard permet de gagner largement en réactivité et en fonctionnalités, ne serait-ce que par l’apparition des touches accentuées. On est dans tous les cas beaucoup moins productif au début qu’avec un clavier classique. Seule solution testée et approuvée : taper à la même vitesse que d’habitude, ne pas trop regarder le texte et corriger ensuite toutes les fautes de frappe. Vous verrez que peu à peu votre frappe s’améliorera largement.

La réactivité doit aussi se retrouver au niveau du système d’exploitation. Il n’y a rien de pire qu’un système qui ne répond pas, met trois plombes à s’allumer et vous perd au final peu à peu dans ses méandres. On a parfois tendance à s’énerver sur une application, à tapoter un peu partout sur l’écran tactile et cela n’arrange pas les choses car la plupart de ces gestes sont mémorisés puis actionnés au sein de l’application ou du système. Cela ne fait alors qu’empirer. Vérifiez donc que le système est rapide et qu’il supporte un aller-retour régulier entre les applications sans soucis.

Renseignez-vous aussi sur la version d’Android utilisée et les applications disponibles. Ce serait dommage de ne pas pouvoir disposer de l’application qui vous pousse à acquérir une tablette. En général, il vaut mieux prendre un modèle disposant de la version 3.0 d’Android. De plus, il existe encore sur certaines tablettes un problème lié à la mémoire interne et aux applications. La mémoire interne est en effet, pour faire simple, l’espace où vous pourrez installer des applications. Celle-ci s’avère limitée. On peut donc disposer d’un espace de 8 Go de stockage par exemple, n’en utiliser que la moitié et faire face à un message indiquant que la mémoire interne est saturée, que l’espace disque est faible et que l’on ne peut plus installer d’applications supplémentaires. Rageant quand on vient d’installer pas mal de choses et qu’on se retrouve à devoir choisir entre telle ou telle application.

Dans tous les cas, réflechissez bien à l’usage que vous allez faire de votre tablette et voyez pour chaque modèle leurs points forts et leurs points faibles. De là dépendra votre confort d’utilisation et surtout votre degré d’accointance avec ce nouveau matériel.

L’autonomie est elle aussi extrêmement importante. En général, une tablette tient une journée en utilisation intensive pour peu que vous gériez au mieux l’énergie en désactivant par exemple le wifi lorsque vous n’en avez pas besoin. En utilisation plus « light », disons alternée, comptez sur plusieurs jours.

Enfin, parlons de la webcam. Pas besoin d’une grande qualité si vous vous contentez de faire de la visioconférence. Pour de la photo ou de la vidéo, on sera plus exigeant. Par contre, tous les modèles n’offrent pas une double webcam, c’est-à-dire en façade, obligatoire pour la photographie, et à coté de l’écran, indispensable pour la visioconférence.

Enfin, un dernier regard au niveau de la connectique. Vérifiez que les ports USB sont en nombre suffisant si vous comptez parfois y brancher une souris ou un clavier (quoique la tablette perd son caractère de tablette mais chacun ses goûts…). Attention, tous les modèles ne sont pas reconnus facilement.

Coté vidéo, la plupart des tablettes sont pourvus d’un port HDMI qui permet de se brancher sur un écran externe ou un vidéoprojecteur. A ce sujet, tous les vidéoprojecteurs ne disposent pas d’un port HDMI mais bien plus souvent d’un port VGA. Ce dernier reste encore légion même s’il a pour avenir de disparaître. Il existe des adaptateurs HDMI-VGA mais la qualité reste assez aléatoire et bien souvent peu satisfaisante. Un port pour carte SD est enfin indispensable.

N’oubliez pas pour finir d’acheter une protection, housse ou autre, si possible pourvu d’un système permettant de relever la tablette. Pour une utilisation nomade, c’est vital.

Si avec tout cela vous ne trouvez pas votre bonheur… Quant à ce que nous allons en faire en cours, c’est une autre histoire qui débutera sous peu…