Étiquettes

, , , , , ,

Ma veille quotidienne m’a porté vers cet article de Ludovia :

Tablettes numériques vs PC en salle de classe : retour d’expérience

J’ai un peu de mal avec cette obligation d’opposition entre les tablettes et la classe-pupitre mais ces paragraphes m’ont fait sinon bondir tout au moins réagir :

L’une des contraintes rencontrées est que les applications sur PC ne sont pas les mêmes sur tablettes (Word, excel, Powerpoint), mais que sur les « stores » comme Apple-store, on trouve des équivalents (stores qui comptent des millions d’applications).

Ainsi, on doit pour le moment faire cohabiter les PC avec les tablettes mais l’avantage, c’est que l’on peut faire fonctionner les élèves en atelier, y compris en extérieur car même si ces matériels semblent fragiles, ils sont assez pratiques pour ce type d’activité (prise de son, de photos, de vidéos…).

Il faut encore et encore le répéter : les tablettes ne sont pas la classe-pupitre. Cela n’a même rien à voir, d’autant plus si l’on considère que la tablette n’est qu’un gros smartphone (et j’en connais un qui ne me contredira pas…).

Où est donc la contrainte ? Il n’y en a pas si l’on différencie clairement les usages d’un PC en classe et les usages d’une tablette ou d’un smartphone dont les principaux atouts sont, rappelons-le, d’être :

  • maniable,
  • mobile (que l’article évoque heureusement),
  • connecté.

Si l’on tient compte de ces 3 caractères, il n’est plus possible d’opposer PC en classe et tablette. Ces deux dispositifs n’ont rien à voir. Il faut par contre en exploiter les différences au mieux. Un petit exemple pour la tablette au travers d’une expérience réalisée récemment.

Publicités