Étiquettes

, , ,

A clock in the window

Depuis que j’utilise Instagram, prendre des photos est devenu un réflexe naturel. Cela avait d’ailleurs déjà commencé auparavant dès que les téléphones portables ont pu prendre des photos de bonne qualité. Le mobile a cet avantage d’être léger, peu encombrant et souvent (et même toujours) à portée de main, contrairement à l’appareil photo classique qui, s’il a su se faire discret, reste d’une prise en main moins instinctive. Je n’en renie pas moins mon Nikon Coolpix 4500, ma caméra Sony HDR-CX130 et mon argentique Canon, réservés à des usages différents.

Le portable m’a très vite servi de mémoire photographique, de mémoire instantanée qui me permettait de conserver les souvenirs de mes déplacements et des instants de tourisme-éclair grapillés ça et là. Comme je l’ai déjà écrit, le tourisme est un état d’esprit et vous pouvez être hermétique à ce qui vous entoure sur 15 jours de vacances comme être innondé de découvertes sur 5 minutes de temps lors d’un déplacement professionnel. Le portable m’a permis de conserver une trace de lieux où je ne faisais que passer sans avoir véritablement le temps d’y flâner.

L’utilisation d’un réseau social comme Instagram y apporte une instantanéité du partage et des retours particulièrement intéressante. Je suis à tel ou tel endroit mais j’y emmène ma famille, mes amis, ma tribu, le monde entier au travers de mes partages.

Ai-je progressé en photographie ? Je pense que oui avec le temps par un cadrage plus réfléchi, une meilleure prise en conditions de la luminosité et une sélection plus pointue de ce qui est photographiable ou pas, plutôt qu’un shooting invétéré. Certes, il faut bien admettre que les effets incorporés dans l’application permettent de gommer, d’atténuer les erreurs, ainsi que de magnifier des photographies parfois somme toute banales.

Instagram, comme de nombreuses applications photographiques, permet de pratiquer et d’expérimenter par soi-même, d’avoir en direct un regard critique par les pairs. On voit ce qui marche ou pas, ce qui accroche le regard ou pas. Rien ne vaut certes un vrai stage de photographie mais avec un minimum de ressources on peut déjà commencer à faire de belles photos soi-même.

L’Université de Tdechnologie de Compiègne a mis en ligne deux ressources sous forme de jeux : Cadrez-moi et Déclenchez-moi. Sous forme de quizz, d’exercices, elles abordent les différentes notions utiles à connaître en photographie et permettent d’avancer dans la pratique étape par étape. Bon amusement !

Publicités