Étiquettes

, , ,

Luna City Arcade

La photo ci-dessus n’est pas sans me rappeler d’énormes souvenirs. Il n’y manque que le son… Bien que les salles d’arcade ont peu à peu disparu, il reste dans un coin de ma tête quelques bribes de cet univers et je ne peux m’empêcher chaque fois qu’il y a une foire aux manèges près de chez moi d’aller y faire un tour régulier afin de retrouver cette ambiance sonore sans aucun équivalent. Certes, là aussi, les bornes d’arcade ont été remplacées au fil du temps par les machines à sous mais on y entend encore un vacarme fait de bruits de dizaines de machines, mêlés aux musiques des différents manèges.

Les émulateurs comme MAME nous permettent de revivre ces heures de gloire mais il y manque l’atmosphère des salles. J’en parlais avec des enfants et des ados lors d’un atelier et c’est là que je me suis fait cette petite réflexion que la socialisation se faisait aujourd’hui dans le jeu, à travers le jeu, alors que nous ne l’avions connue qu’autour du jeu.

En effet, le jeu est de plus en plus social. Les ados avec qui je discutais passent des heures sur des jeux en ligne, sur des RPG où le travail se fait en guildes, en équipes. Des relations se tissent de cette manière et c’est assez amusant de les voir mêler dans leurs conversations ces deux univers, le réel et l’irréel, un peu comme si entamer une partie n’était autre que de se retrouver à la table d’un café pour discuter.

J’avoue ne pas être fan de ces jeux en ligne mais cela tient plus à ma nature solitaire qu’à un quelconque aspect de ces jeux. Néanmoins je me souviens de l’ambiance des salles d’arcade ou même des jeux que nous faisions à la maison. La socialisation se faisait cette fois autour du jeu car il n’était pas rare que nous ayons un public pendant la partie. Il n’y avait en effet pas de réseau suffisant (certes, la France avait le minitel mais…) et les jeux offrant plus de deux manettes étaient rares. De même, à la maison, où les ordinateurs personnels et autres consoles n’offraient bien souvent qu’un port manette. Il fallait alors bricoler ou acheter un adaptateur pour pouvoir multiplier les joueurs. Très peu de jeux offraient de plus un mode deux joueurs. On se regardait plus jouer, plutôt que de jouer ensemble, l’émulation se faisant au travers des « high scores ».

Bref, de mon temps, les jeunes… Je blague. Ce n’était qu’une minute nostalgie. Allez je file, j’ai une partie de Golden Axe qui m’attend (Golden Axe pour lequel des enfants de 10 ans ont fabriqué récemment une manette en papier alu et pâte à modeler)…