Mots-clés

, , ,

Bricodeurs à l'oeuvre

– « Avant de débuter cette réunion, je vous propose de faire un petit tour de table et de nous présenter chacun. Madame X, vous démarrez ? »

– « Oui. Bonjour à tous. Madame X, je suis chargée de … au … et depuis 2011, nous… »

– (« Mais, bon sang, qu’est-ce que je vais dire ? Je fais quoi déjà, moi ? Synthèse, synthèse ! Ca doit tenir en deux phrases. Ne pas s’embrouiller… »)

C’est stressant les tours de table, n’est-ce pas ? Chacun prépare sa petite phrase. On cogite et, en fait, on n’écoute pas vraiment ce que disent les autres, tout occupés que nous sommes à préparer la plus belle présentation. Bernard Lamailloux a proposé une solution sympathique par l’utilisation d’une balle magique qui permet de passer un peu aléatoirement de participant en participant plutôt que de faire un morne tour. Mais cela devient alors encore plus stressant car on ne sait pas quand notre tour viendra.

Ce qui me stresse personnellement, c’est d’arriver à définir en peu de mots ce que je fais et les idées se bousculent dans la tête.

– « Consultant. C’est bien, ça, consultant. Mais pas que… Et c’est peut-être un peu pompeux. »

– « Ah oui, mais je suis quand même Docteur en Histoire. J’ai assez travaillé pour avoir ce diplôme. Faut que je le dise. Oui, mais est-ce que cela ne va pas tomber à coté de la plaque ? »

– « Animateur ? Oui, mais c’est super réducteur. Je ne fais pas que ça. »

– « Formateur ? Trop formel ? »

– « Consulanimaformadocteur ? Non, ça ne veut rien dire. »

– « Et la dimension artistique de mes interventions ? Il faut que j’en parle aussi. »

– « Bref… Euh… On va dire que… Ca tiendrait en 3 mots mais… Arghhh ! C’est à moi ! »

Toutes ces réflexions se transforment alors en une sorte de gloubi-boulga intense, où l’on ne perçoit plus vraiment le but final.

J’ai fini par trouver la solution et le terme. Je suis « bricodeur ». Docteur en Histoire et Bricodeur.

Bricodeur, l’idée même du terme semble être entrée dans les moeurs. Lors du forum Educavox à Arsac, Claude TRAN m’a bien plus présenté sous l’angle du « piano bananes » avant ma participation à la table ronde et le nom de ‘Monsieur Bidouille » semble devoir me coller à la peau.

Qu’est-ce qu’un bricodeur, me direz-vous ? Essai de définition (en vrac) :

Le bricodeur bricole et code.

Le bricodeur pratique le DIY (Do It Yourself) et le CIY (Code It Yourself).

Le bricodeur est curieux.

Le bricodeur adopte la maxime suivante : « Si tu ne sais pas, demande. Si tu sais, partage. »

Le bricodeur partage donc ses connaissances de manière ludique, pédagogique et artistique. Il n’hésite pas à conseiller ses pairs.

Le bricodeur donne à ses créations une existence physique. Il essaie de dépasser l’écran au travers d’interfaces nouvelles et interactives.

C’est déjà pas mal… A compléter, corriger, raturer ? 😉

Et vous ? Êtes-vous des bricodeurs ? Bricodez-vous à la maison, dans votre classe, dans une espace de coworking, un hacker / maker space ?