Ducasse

Cours de géographie prospective au collège Albert Samain de Roubaix, on imagine ou plutôt les élèves imaginent la ville de demain. Roubaix en 2030, 2040, voire 2050. Quels changements ? Quelle vision du futur ? Ils cherchent une définition de la smart city, la ville intelligente, et rivalisent d’imagination pour faire de leur ville la plus belle ville qui soit.

Soudain Laetitia (le prénom a été modifié) a une question, une question importante. Laetitia est arrivée il y a peu de temps au collège et on vient tous les deux un peu du même coin. On partage un certain vocabulaire local. C’est pour cela que Laetitia me demande comment on écrit « ducasse ». À Lille, on parle de « foire aux manèges ». C’est plus select, plus en rapport avec ce quasi-parc d’attractions qui s’installe une fois l’an au moment de la braderie. Des centaines de mètres d’allées, plusieurs dizaines de manèges… Une vraie foire

La ducasse, pour les non-nordistes au sens large (Pas-de-Calais compris), c’est en patois la fête de la Dédicace, la fête du Saint patron de la paroisse, l’occasion depuis des siècles de s’amuser. Pendant la ducasse, on va sur les chevaux de bois ou dans la chenille, on tire à la carabine et on se gave de nougat, de guimauves, de gaufres et de croustillons (et de frites de chez <pub inside>Maxime Frites</pub inside>😉 ). La ducasse aujourd’hui, c’est celle du quartier ou juste deux-trois manèges et un stand de confiseries sur la place du village. La ducasse, c’est sacré… Et Laetitia voulait savoir s’il y avait une ducasse à Roubaix.

Mais pourquoi chercher une ducasse ? Pour s’amuser uniquement ? Non, comme elle l’exprimait bien du haut de ses 11 ans, c’est un moment de fête pour la ville, pour le quartier. Les gens s’y retrouvent. C’est un espace un peu à part où les lumières, la musique, les bruits des machines et les boniments sont omniprésents. C’est un moment à part qui participe au vivre-ensemble. Voila pourquoi Laetitia cherchait une ducasse…😉

(Il y en a ! On les attend maintenant avec impatience.)