punkElle a quoi ? 14 ans, pas plus… Tout comme moi, elle attend le bus. Elle attire les regards et c’est vrai qu’elle est jolie. Elle a les cheveux tout simplement bleus et cela lui va très bien. Une voiture passe : 5 mecs qui lui lancent quelques invectives que je ne répéterai pas. Comme elle a le courage de riposter vertement, elle se fait forcément traiter de salope…

Arrive alors une dame dont je ne saurai mesurer l’âge mais parfaitement la bêtise. Elle la regarde aussi, comme une bête de foire, et lui pose quelques questions auxquelles la jeune fille, visiblement bien éduquée, lui répond poliment alors qu’elle aurait dû l’envoyer balader…

C’est au tour de trois collégiens et collégiennes de pouffer dans le bus et de lâcher à voix haute quelques remarques d’un humour plus que contestable. C’est par leur conversation que j’apprendrais qu’une enseignante la surnomme « oiseau exotique »…

Nous descendons au même arrêt, suivons le même chemin et entrons dans le même collège. J’attends derrière elle avant de pouvoir me présenter à l’accueil et c’est là que je comprends qu’elle revient de chez le coiffeur après qu’on lui ait ordonné de changer de couleur et de revenir à quelque chose de plus commun. Elle s’excuse car elle n’a rien pu faire et il va falloir patienter. Il va falloir qu’elle vive avec cela. Avec sa coiffure ? Non ! Avec la bêtise de celles et ceux qui ne savent pas accepter la différence.

Je suis arrivé en pétard à ma réunion, furieux de ce que je venais de voir, furieux de constater que ce qui importait n’était pas son comportement au quotidien mais son apparence.

Pourquoi tant de personnes souffrent ? Parce que l’on ne tolère pas qu’elles puissent être différentes.

Pourquoi tant de morts à Orlando ? Parce qu’un fou ne tolérait pas leur orientation sexuelle et leur liberté.

Pourquoi tant d’innocents tués à Paris et hier soir à Nice ? Parce qu’un autre fou ne tolérait pas qu’ils puissent vivre, penser différemment. Parce qu’il était manipulé par d’autres fous qui n’ont pour seul dessein que d’imposer leurs idées.

Et si on cessait partout une bonne fois pour toutes de vouloir imposer des idées ? Et si cela commençait bien plus près de chez nous, bien plus près de notre conception du monde et de ce à quoi il doit ressembler ?