Playdoh monster

Peut-être avez-vous déjà chargé une photographie dans Scratch en lieu et place d’un lutin ? Outre que Scratch réduit fortement la résolution, nettoyer le décor pour n’en garder que le personnage relève parfois du parcours du combattant où l’action se fait pixel par pixel. On a déjà vu plus fascinant comme activité…

Prenons le cas de notre charmant monstre ci-dessus. Comme vous pouvez le constater, les couleurs sont nombreuses et la photo pas de meilleure qualité (malgré le talent indéniable du photographe et sa modestie naturelle). L’astuce consiste à travailler l’image avant de l’intégrer dans Scratch en réduisant notamment la palette de couleurs. Pour cela, il va vous falloir The GIMP, l’équivalent (et même mieux) libre de Photoshop.

Ouvrons l’image dans GIMP et jouons un peu avec dans le menu Couleurs la luminosité et le contraste afin de la rendre un peu plus claire et mieux voir les détails.

gimp1

Dans le menu Image, sélectionnons Mode et Couleurs indexées. Choisissons la première option « Générer une palette optimale ». En général, j’oscille entre 16 et 4 couleurs en fonction du résultat obtenu. Il ne faut pas hésiter à annuler l’action et à recommencer si le résultat n’est pas satisfaisant. Dans ce cas, mon choix de 4 couleurs était un peu trop radicale et je suis revenu à 16.

gimp2

On exporte ensuite l’image au format PNG de préférence grâce au menu fichier, avant de l’ouvrir en tant que sprite (lutin) dans Scracth. Il ne vous reste plus qu’à nettoyer l’image pour supprimer les éléments de décor et ne garder que le personnage.

monsterscratch

Publicités